VISAGES DE DEA

DÉCOUVREZ LES MILLE ET UNE FACETTES DE DEA

Vanth

par | 29 Août 2015 | Visages de Dea | 0 commentaires

Traduit et adapté
Source : The osbcure Goddess online directory

Vanth est la déesse étrusque des Souterrains, peut-être une psychopompe, dont la présence représente une morte récente ou imminente. Son caractère est un peu ambigu : même si elle est présente lors de la mort elle n’a pas de rôles ou fonctions précises, et certains l’appellent « ange » et d’autres « démons ». Mis-à-part certaines représentations occasionnelles, Vanth est presque toujours représentées dans des scènes en lien avec la mort ou les Souterrains et joue le rôle de l’observatrice. On retrouve ces représentations habituellement près des monuments funéraires.

Beaucoup de déesses étrusques sont représentées avec des ailes mais dans le cas de Vanth, les ailes sont un élément important : elle est souvent représentée avec de grandes ailes qui s’ouvrent derrière elle, ce qui a sans doute contribué au fait que certains la nommaient « ange ». Parfois ses ailes sont peintes avec des yeux, probablement pour repousser le mauvais oeil ou encore pour représenter l’oeil qui voit tout, même la mort inévitable. Pour les autres déesses étrusques, les ailes seraient plutôt une simple référence au divin et celles-ci ne sont pas toujours présentes. Pour Vanth, le fait qu’elle soit toujours représentée avec des ailes indiquent qu’elle est très importante dans le panthéon ou encore qu’elle est une déité purement étrusque, contrairement aux autres déesses du panthéon qui ont une forte influence du panthéon grec (on ne retrouve pas l’équivalent de la déesse Vanth dans le panthéon grec, tout comme Lasa, déesse du destin, qui est aussi représentée avec des ailes).

L’habillement de Vanth est aussi particulier : elle porte une jupe avec une double ceinture, des bottes pour la chasse et rien sur le haut du corps sauf une bandelette qui croise sa poitrine. Cet accoutrement donne un aspect distinct à Vanth, un peu comme Artémis qui est habillée de manière à pouvoir courir. Vanth a parfois une épée mais elle ne l’utilise pas; elle porte sinon une torche qui lui permet d’illuminer les Souterrains et parfois, elle possède une clé pour ouvrir le portail qui garde les Souterrains (la torche et la clé sont des symboles associés à Hékate, déesse grecque). Aussi, Vanth est représentée parfois avec des serpents enroulés sur ses avant-bras, tenant la tête des serpents dans sa main.

Vanth est souvent accompagnée de son partenaire Kharun, la version étrusque de Charon, le gardien des Souterrains grec dont la mission est de transporter les âmes sur la rivière Styx. Ils étaient représentés de chaque côté de la porte d’un tombeau pour garder l’entrée. Elle a été nommée « servante de Kharun »; toutefois, de toutes les déités de la mort ou des Souterrains du panthéon étrusque (incluant Kharun), Vanth est la plus souvent représentée dans l’art étrusque, signifiant sans doute que son rôle était aussi important que celui de Kharun, si ce n’est pas plus.

Même si l’on retrouve Vanth dans des scènes plutôt morbides (batailles ou sacrifices), elle semble avoir un rôle distant et même bienveillant : même si elle est un présage de la mort, elle ne la cause pas. Le symbole des torches annoncent la possibilité qu’elle soit une psychopompe, une entité qui guide ou escorte une âme récemment morte vers les Souterrains; peut-être qu’elle attend calmement près des combats ou autre scènes de mort pour accomplir cette fonction. Dans le Temple de Tlamu (aujourd’hui Talamone), elle apparaît conduisant un chariot avec Adrastus, un des Héros des Sept contre Thèbes, le seul à avoir survécu. Vanth l’entoure de ses bras pour le protéger pendant qu’il s’échappe, confirmant qu’elle a un rôle bienveillant.

Vanth est apparue dans le panthéon étrusque autour du 4e siècle notre ère, car c’est autour de cette période que nous avons retrouvé des représentations d’elle. Les historiens ne croient pas qu’elle ait été importée par les Grecs même si elle semble très proche des Érynies (nommées Furies chez les Romains), déesses ailées. Elle a été pourtant très populaire et son culte s’est propagé jusqu’en Campanie, où l’on a retrouvé une statuette d’elle datant de 425-400 avant notre ère près du Mont Vésuve. Vanth a probablement persisté pendant l’époque romaine : dans la Villa des Mystères à Pompeii, il existe une énorme fresque datant du 1er siècle de cette ère représentant un rituel initiatique des Mystères Dyonisiaques. Un des participants est une femme ailée avec des bottes et une jupe courte, identifiée en tant que Vanth. Même si la signification exacte de cette initiation est encore un sujet de débat, la présence de Vanth ou la figure ressemblant à Vanth pourrait faire référence à son rôle ancien de Déesse de la Mort ou de psychopompe (sachant qu’un rite initiatique symbolise la mort d’un soi pour renaître).

Tout comme les Lasae, « les Vanths » sont souvent nommés au pluriel et réfèrent à un groupe de Déesses des Souterrains ou Esprits.

Vanth porte aussi le nom de Van.

[starbox id=6]

 

Pin It on Pinterest

Share This

Partager cet article!

Cliquez sur le réseau social de votre choix pour partager cet article.