VISAGES DE DEA

DÉCOUVREZ LES MILLE ET UNE FACETTES DE DEA

L’oeil de Rê, la puissance féminine divine en Égypte ancienne

par | 5 Juil 2013 | Visages de Dea | 0 commentaires

L’oeil de Rê, la puissance féminine divine en Égypte ancienne ?

Dans le panthéon hindoue Mahadevi désigne la grande déesse, sorte de somme de toutes les déesses (Durga, Kali, Lakshmi, Parvati…),un terme générique. C’est celle aux 1 000 noms, revêtant une infinité d’aspects. Nous pouvons nous demander, si nous ne retrouvons pas un concept proche avec l’épithète de «Oeil de Rê». Celui-ci est portée par de nombreuses déesses dans la tradition égyptienne. En effet, ce titre est employé pour désigner par exemple : Nout, Hathor, Sekhmet, Tefnout, Maât, Mout, Ouadjet, Bastet, Isis (Aset), Pakhet, Iousâas…etc. Nous le retrouvons mentionné dans les hymnes gravés sur les murs de temples pour désigner différentes déesses, bien que celui-ci soit souvent associé à Hathor et Sekhmet à cause des mythes de «la vache du ciel» et de «la lointaine».

QUELQUES MYTHES AUTOUR DE L’OEIL DE RA

Le mythe de l’œil de Rê

L’œil divin de Rê ou Oudjat désigne dans ce mythe un des aspects de sa fille Hathor. Suite à une brouille entre Rê et sa fille, celle-ci s’enfuie. Rê charge les divinités Shou et Thot de la ramener. La quête prend plus de temps que prévu. Le dieu solaire s’impatiente, il décide alors de le remplacer, L’œil de Rê, apprenant qu’elle a été remplacée, se met en colère. Pour l’apaiser, Rê place son œil au front, comme un troisième œil. Elle devint alors l’uræus, le cobra féminin au souffle brûlant et dévastateur, qui est aussi la déesse cobra Ouadjet, sa  puissance et sa protection contre ses ennemis.

Le mythe de la lointaine

Le mythe se déroule en des temps fort lointains, lorsque Rê gouvernait encore sur terre. Son œil, Hathor, quitta le palais dans un moment de colère pour se rendre en Nubie, où elle se changea en une lionne sanguinaire, la terrible Sekhmet. Rê chargea Shou et Thot de la persuader de revenir en Égypte où son absence accable autant le démiurge, que la population. Ils l’approchent sous forme de singes, Et après bien des ruses, le récit de fables, Thot réussit à la persuader de rentrer au pays. En chemin, il la précipite dans les eaux d’une cataracte du Nil pour la calmer. Elle en ressort selon les versions apaisée sous sa forme d’Hathor et dans un récit tardif sous la forme de Bastet. Arrivée à Philae, domaine d’Aset (Isis), son retour est fêtée en grandes pompes. Son retour signe le retour de l’inondation, de la joie et de la fertilité. Le pays est en fête.

Le mythe de la vache du ciel

Nous sommes toujours à l’époque où Rê règne sur terre. Mais il se fait vieux et les hommes se rebellent contre lui. Il demande conseil aux autres divinités. Les dieux proposent par la voix de Noun d’envoyer son œil contre les humains puisque « il n’existe pas d’œil supérieur à celui-ci ». Ainsi l’œil de Rê – « oudjat » (ce qui est complet) sous la forme d’Hathor/Sekhmet est envoyé sur Terre . Elle se rend dans le désert – refuge des humains – en déesse lionne sanguinaire où elle extermine une bonne partie des rebelles. Mais Rê prend pitié des hommes. Pour sauver l’humanité de la fureur sanguinaire de la déesse, il imagine un plan pour l’apaiser. Le dieu envoie des messagers à Éléphantine chargés de lui apporter « de grandes quantités de didi » (substance rougissante), qui mélangé à beaucoup de bière devient semblable à du sang. A son arrivée à l’aube devant le lac de bière rouge préparé pour elle et semblable à du sang, Hathor/Sekhmet croit découvrir les champs inondés de sang. En extase, elle s’enivre de cette substance, et oublie les hommes. Mais Rê est las des hommes et de leurs querelles. Il décide d’abdiquer et confit à Thot le soin d’apprendre aux hommes l’écriture. Pour monter vers le ciel, Nout se change en « vache du ciel » et porte le dieu solaire sur son dos, et au petit matin l’emmène vers les cieux. Nout, prise de vertiges, n’apprécie pas sa situation. Rê crée alors huit génies, qui deux par deux, vont soutenir les quatre pattes de la vache. Il demande à Shou de se placer sous le ventre de Nout pour la soutenir avec ses bras.

LES CARACTERISTIQUES DE L’OEIL DE RA

Comme nous avons pu le voir dans les mythes ci-dessus, le titre d’Oeil de Rê est souvent associé à Hathor et ses aspects, ou déesses associées (Sekhmet, Ouadjet, Bastet). Qu’ont de communs ces déesses, quels sont leurs caractéristiques ?

L’œil de Rê est généralement un titre de sa fille (voir fille/épouse) et de sa protectrice, c’est à dire la puissance, qui châtie ses ennemis. Il y a cependant une exception masculine, le lion Maahès fils de Bastet, dans son rôle de protecteur de Rê, il peut porter le titre d’œil de Ra. « L’Oeil de Rê » est  la force destructrice de Rê, celle qu’il délègue pour châtier les humains rebelles par exemple ou le cobra crachant des flammes à son front, qui repousse ses ennemis. Apaisée, elle devient sa force créatrice, ainsi Iousâas stimule le désir sexuel du démiurge Atoum pour qu’il procède à la création. Dans le mythe osiriaque, lorsque les affrontements d’Horus et Seth lassent Rê, Hathor soulève ses jupes pour dévoiler sa vulve et redonner de la virilité et de la joie à son père. Ainsi, elle le stimule, afin qu’il sorte de sa torpeur et retourne arbitrer le conflits qui oppose Seth et Horus. Le retour de l’œil de Ra est aussi associé au retour annuel de la crue et donc à la fertilité des terres.

L’œil de Rê est ambivalent. C’est à dire qu’il possède deux aspects différents ou d’apparence contradictoires. Violent et apaisé, destructeur et créateur.

Si ce titre est étroitement associé à Hathor, il est comme nous l’avons dit précédemment pourtant porté par quantité d’autres déesses, qui ne sont pas nécessairement cités comme étant ses aspects. Ce titre indique donc que la déesse qui le porte, possède les caractéristique de l’œil de Rê. C’est à dire qu’elle est sa fille et/ou son amante, qui stimule son désir et participe à la création, mais aussi sa puissance destructrice et terrible. L’œil de Rê semble donc être un terme générique pour désigner une idée du divin au féminin au sein du panthéon égyptien, la puissance féminine compagne du démiurge sans qui il ne peut créé, comme par exemple peut l’être le terme «shakti» dans l’hindouisme.

Shakti signifie puissance, pouvoir ou énergie. Elle est la contrepartie féminine de tous les dieux du panthéon hindou. C’est l’énergie dynamique féminine, ou principe actif, des divinités du panthéon indien, le principe mâle étant perçu comme passif dans son rôle de semence ou d’essence.

De l’oeil de Rê à l’œil anatomique

Écartons nous un peu des mythes et témoignages anciens pour réfléchir sur le rôle et fonctionnement de l’œil pour l’être humain. C’est l’organe de la vision. Il permet de capter la lumière pour ensuite l’analyser grâce au cerveau et créé une représentation de son environnement. Voilà, nous retrouvons quelques idées qui imprègnent les témoignages anciens, la lumière et la création du monde (ou environnement). L’œil de Rê comme l’œil anatomique, dont les anciens avaient peut-être compris ou deviné le rôle, est cette « organe » ou « entité » qui reçoit la lumière et l’analyse, pour créer une image ou une représentation du monde. Il créé une représentation de notre environnement. Sans l’œil de Rê, il n’y a plus donc de création ou synthèse de la lumière pour créer une image du monde. En quelque sorte, la création de Rê ne peut prendre forme. Cette idée de refléter ou capter la lumière de Rê se retrouve aussi dans un objet de toilette féminine, mais aussi de culte, les miroirs ornés d’une tête d’Hathor. Le miroir était au rang des offrandes faites à Hathor.

Besa Akantheia – novembre 2009

Bibliographie
– Les Secrets d’Hathor de Ruth Schumann Antelme et Stéphane Rossini
– Amours et fureurs de la lointaine de Christiane Desroches Noblecourt
– Le clergé féminin d’Amon Thébain à la 21e dynastie (chapitre 2, Hathor) – Par Saphinaz-Amal Naguib – Peeters Publishers (1990)
– Les complexes de la demeure du sistre et du trône de Rê, théologie et décoration dans le temple d’Hathor à Dendera – Par René Preys – Volume 106 de Orientalia Lovaniensia analecta

[starbox id=8]

 

Pin It on Pinterest

Share This

Partager cet article!

Cliquez sur le réseau social de votre choix pour partager cet article.