VISAGES DE DEA

DÉCOUVREZ LES MILLE ET UNE FACETTES DE DEA

Les mystères d’Ariadne

par | 29 Août 2015 | Visages de Dea | 0 commentaires

« …for the Lady of the Labyrinth, a jar of honey. »
Linear B tablets, Knossos, circa 1500 BCE

With bare feet I trace the labyrinthine path, the spiral meanders; as I carefully follow the patterns Time marks out on the dancing-floor, deliberately and precisely I step, at first slow as the stars turning—then a little faster, and a little faster still; turn and step and spin and I am again weaving the Old Dance as in and down I dance, dance down towards the center and the dark.

Down, down, down I dance, down the spiraling path, whirl in then out then in then out, and always, always down. Down the serpentine paths, down the tangled passages, down through the place of the double-axe, the place of the butterfly, the place of rebirth.

Dance down through the dark, through the fear, through the anguish, to the border, at the border, through the border, dance in terror and in ecstasy.

Dance, down, down, down to the darkness, whirl in sorrow and in joy, dance down to the center, to the Monster, the stinking filthy Bull-Man, and remember he is my brother. Dance now in dread and horror, dance, dance about and around him, dance for him, dance to him, dance with him, whirl and spiral and spin until death and life are one, and the Monster is the Star.

I awaken into the Light and we are reborn; the Bull-Man is a noble and beautiful God, and we two are bright as suns. – Source perdue

Ariadne (« Celle qui est la plus pure ») est la Grande Déesse minoenne (Crète), Maîtresse du Labyrinthe, déesse de la lune brillante et des souterrains sombres. On l’appelle parfois aussi Aridela (« Celle qui est claire. »). Ariadne est à la fois une déesse, un archétype et une femme mortelle. Son rôle change d’un mythe à l’autre et d’une légende à l’autre.

Les corridors sans fin, les passages secrets et l’appréhension d’un danger à chaque tournant sont des éléments communs du royaume d’Ariadne. Souvent nommée la maîtresse ou prêtresse du Labyrinthe, Ariadne débute son voyage en tant que fille mortelle de Minos, roi de Crète. Au début de son histoire, on la représente comme une jeune fille mortelle piégée par les obligations familiales et plus tard, elle prend l’aspect d’une mère et même, d’une dame sage. En tant que fille de Minos, Ariadne devient en charge du labyrinthe qui fut créé dans le but d’en atteindre facilement le centre, l’antre du Minautor (mi-homme mi-bête et demi-frère d’Ariadne), et de ne pouvoir en sortir. Elle donne à Thésée, prince d’Athènes, une balle de fil de laine pour le guider vers le minotaure. Thésée assassine la bête, suit le fil d’Ariadne et retourne à Athènes avec elle avec l’intention de l’épouser. Il l’abandonne ensuite sur une île déserte pour marier une autre femme et Ariadne meurt de désespoir. C’est Dionysos qui la ramène à la vie et les deux, tombent amoureux de l’autre. Il la marrie et la fait déesse du labyrinthe. Il devient très dévoué à son épouse qu’il traite bien. Il est fidèle et même, il devient le seul dieu grec monogame.

Les adeptes de la déesse Ariadne savent qu’une femme a besoin de connaître son propre potentiel et pouvoir pour briller. Elles ont besoin de s’éloigner de l’ingratitude des hommes mortels et de se consacrer à l’union sacrée avec un dieu dont le pouvoir est comme vin et dont l’amour est comme le miel. Je dirais même plus, que pour briller, une femme a besoin de se faire traiter telle une déesse par un homme qui est un dieu à ses yeux.

Ariadne est la gardienne du labyrinthe, symbole des enseignements de la Déesse et de l’utérus. Lorsque notre chemin se sépare en deux ou trois, Ariadne est celle à qui nous devrions nous adresser pour de l’aide. Elle est aussi très utile aux femmes qui désirent travailler le chakra sacral ou l’utérus. Son histoire nous enseigne que les choses n’arrivent pas toujours comme on s’y attendait et que ces changements non-attendus peuvent nous offrir de merveilleuses nouvelles opportunités que nous n’avions pas considérées! On lui associe aussi les situations difficiles et la capacité à les résoudre, les blessures profondes et les secrets sombres qui logent au centre du labyrinthe de l’âme et qui doivent émerger à la lumière. Elle défait les nœuds de la pelote de laine en quelque sorte.

Ariadne danse la danse spiralée du labyrinthe. Elle danse jusqu’au centre, là où la bête attend. Elle représente le moi intérieur en quête de la voie vers l’illumination et nous guide pour faire face à nos ombres personnelles, à nos « monstres » intérieurs, dans le but de guérir.

Il semblerait que les prêtresses d’Ariadne faisaient des rites à la déesse aux serpents, seins nus, indiquant l’acceptation de la sexualité en Crète minoenne. À Naxos, Ariadne était vue comme une déesse lunaire de fertilité qui représentait le cycle de l’année et de la vie. Il n’y a aucun doute qu’elle est une grande dame de transformation. Elle a été grandement honorée en Crète et son pouvoir était grandSymboles : le labyrinthe, les nœuds, les cornes et le labrys.

Symboles : le labyrinthe, les nœuds, les cornes et le labrys.

Animaux : serpent, lion, abeille, colombe, taureau et papillon

Plantes : pavot, crocus, violette, iris, dictame de Crète et lierre.

Nourriture : le miel (et tout produits provenant des abeilles), le vin, l’huile d’olive et l’orge.

Élément : eau

Couleurs : bleu et doré

Magie : guérison, renaissance, vies antérieures, divination, culture, créativité, art, musique. danse, naissance, paix, joie, spiritualité.

[starbox id=6]

 

Pin It on Pinterest

Share This

Partager cet article!

Cliquez sur le réseau social de votre choix pour partager cet article.