Dans la mythologie grecque, elle est la déesse primordiale, identifiée à la « Terre-Mère » , elle est l’ancêtre maternelle des races divines qui a enfanté tout d’abord des monstres : « les Cyclopes »; après la deuxième génération des dieux : « les Titans » ; et pour finir les « Dieux olympiens » qui seront la troisième génération.

Gaïa, Gaia , Gaya , Gaiya , Gæa ou Gè (en grec ancienΓαῖα / Gaĩa, Γαῖη / Gaĩê ou Γῆ / Gễ) est une divinité ancienne ayant contribué à la formation du Panthéon grec qui apparaît comme divinité chtonienne ou tellurique parce qu’elle réfère à la terre ou au monde souterrain.

Dans la Théogonie d’Hésiode, où elle est beaucoup représentée, Gaïa naquit de cette profonde crevasse que l’on nomme Chaos, et à sa suite, Eros (dieu de l’amour) qui pointa le bout de son nez.

Elle donna naissance sans intervention mâle à :
*Ouranos (ciel étoilé)
*Pontos (le Flot marin)
*Ouréa (les Montagnes et les haut Monts).

Le monde ainsi était créé, il fallait maintenant le peupler.

Gaïa soutenait Ouranos (dieu du ciel) au-dessus d’elle; elle s’unit donc à lui et ils eurent de véritables rejetons, ressemblant à de vrais monstres :

  • les Cyclopes (bâtisseurs de murs colossaux, n’ayant qu’un seul œil au milieu du front) :
    *Brontès (le Tonerre)
    *Stéropès (la Foudre)
    *Argès (l’Eclair)
  • les Hécatonchires (monstres aux 100 bras invincibles et 50 têtes attachées à leurs dos) :
    *Cottos
    *Briarée
    *Gyès
  • Les Titans et Titanides (aux nombres de 12, divinités de très grandes tailles et très forts) :
    * Océanos : dieu de la Mer
    *Téthys :soeur et femme d’Océanos
    *Hypérion : dieu du Soleil
    *Théia : soeur et femme d’Hypérion
    *Thémis : déesse de la Justice
    *Rhéa : une déesse de la terre
    *Mnémosine : déesse de la mémoire
    *Iapetos : Titan, père d’Atlas et Prométhée
    *Coeos : Titan
    *Phoïbé : Titanide
    *Crios : Titan
    *Cronos : Titan le plus brillant, le plus fort et le plus malin de tous.

Ouranos détestait ses enfants, il obligeait Gaïa de les garder en son sein, sinon il les jetait dans le tartare. Cronos le dernier né viendra aider sa mère pour délivrer ses frères et sœurs.

Cronos finit par émasculer son père à l’aide d’une faucille de silex que lui a fournie sa mère. Le sang d’Ouranos féconde alors Gaïa, laquelle enfante les Érinyes, les Géants et les Méliades.

Selon Hésiode, une autre divinité serait née de cette écume.Il s’agit d’Aphrodite naquit de la mer fécondée par le sexe d’Ouranos, tranché par Cronos : « tout autour, une blanche écume [le sperme] sortait du membre divin. De cette écume une fille se forma »(Hésiode).

Pour les Grecs, cette légende s’inscrit dans le nom même de la déesse : elle est « née de l’écume » (ἀφρός / aphrós).

Gaïa s’unit après avec son fils Pontos, elle engendre les divinités marines primordiales :

*Nérée
*Thaumas
*Phorcys
*Céto
*Eurybie

Et de son union avec Tartare, elle donne naissance à
*Typhon
*Échidna.

D’autre naissances hors mariage lui sont attribuées et reconnues.

Interprétation

Gaïa, étant la première divinité, elle est la gardienne du pouvoir divin : c’est elle qui provoque la rébellion de Cronos contre Ouranos et celle de son petit-fils Zeus contre Cronos, en une certaine quête du souverain parfait; mais elle appuie aussi ses fils monstrueux, les Géants et Typhon, contre Zeus, mutineries vouées à l’échec.

De cette façon, les Grecs ont voulu sans doute représenter les deux aspects de la nature : capable de créer de la beauté harmonieuse, mais aussi des moments où le chaos originel resurgit.

Elle est aussi la première divinité qui pouvait prédire l’avenir, notamment à Delphes, où elle sera finalement remplacée par Thémis puis Phœbé puis parApollon, ou selon d’autres traditions directement par Apollon après que celui-ci a percé de ses flèches le dragon Python, gardien du sanctuaire de Gaïa (Hymne homérique à Apollon) né de cette dernière et du dieu-fleuve Nil juste après le Déluge (Ovide, Métamorphoses).

Vocables et appellations :
*La Terre-Mère des anciens est presque toujours désignée sous les noms de Gaïa ou Gé en Grèce ;

*De Tellus ou de Terra-Mater chez les Romains, tous considérés comme des traductions littérales du mot « Terre ».

Mais au gré des traditions tardives, elle se confond, notamment chez les poètes, avec d’autres puissances fécondatrices, telles : la déesse-mère phrygienne Cybèle (plus fréquemment assimilée à la Rhéa grecque) ou la déesse du foyer Hestia ou Vesta (notamment dans les Fastes du poète latin Ovide). Eschyle considère pour sa part, qu’elle ne fait qu’une avec Thémis (Prométhée enchaîné) et les traditions orphiques la désignent volontiers sous le vocable de Chton en tant que puissance infernale (divers orphiques).

Sources

Site de Mélusine la Fée

« LA TERRE-MÈRE, DÉESSE PRIMORDIALE : GAIA »

Les derniers articles par Aurore Yànandaïa (tout voir)

  • Gaïa - décembre 24, 2016

Pin It on Pinterest

Share This

Partager cet article!

Cliquez sur le réseau social de votre choix pour partager cet article.