Demeter, une déesse cyclique, par Aurelia Diana

Relief présentant

J’ai beaucoup hésité avant de choisir la manière dont j’allais vous parler de la déesse qui est entrée dans ma vie depuis 2 ans et demi et qui s’est imposée comme « la » déesse patronne, l’incarnation de Dea qui faisait résonner mon âme ; j’ai nommé : Demeter !

Brève introduction historique

Déesse grecque archaïque, probablement adorée déjà dans la Crète Minoenne (-2500 av. notre ère), son culte s’est développé dans la région d’Athènes, dans la ville d’Eleusis où depuis -1200 av. notre ère, un culte à mystères (à initiaition secrète) lui est rendu. C’est un type de culte collectif où les hommes, les femmes et les esclaves pouvaient se faire initier pour revivre le mythe de Demeter (la mère) et Persephone (la fille). Ce mythe est relaté par de nombreux auteurs de la Grèce ancienne dont Hésiode (-700 av. notre ère) qui l’a décrit avec de très nombreux détails, ainsi que Pausanias, Apollodore et Ovide. En voici un petit résumé qui met en lumière les différents personnages de ce mythe fantastique :

Déméter est la fille de Rhéa (mère des dieux et déesses olympiens qui règnent dans un ciel inaccessible : Zeus, Hera, Hestia, Hadès, Demeter, Poséidon) et petite-fille de Gaïa la Terre-Mère.

Elle pourvoit à l’ensemensement de la terre, à l’agriculture, à la vie dans l’au-delà (en lien avec Persephone) et aux cycle vie/mort/vie. Le mythe le plus connu et le plus riche symboliquement est la quête que Demeter entreprend pour retrouver sa fille, Koré (= la jeune fille), qui a été enlevée par Hadès, avec la complicité de Zeus. Demeter abadonne son rôle de régulatrice des mondes végétal, animal et humain et part à la recherche de sa fille. Elle se rend sur terre et voilant son pouvoir, elle prend l’aspect d’une vielle femme, Doso (= que je donne). Elle est l’archétype de la Mère, mais également de la Crone !

Elle se rend chez le roi Celeus qui règne à l’emplacement de la future cité d’Eleusis et est engagée par la reine Métanira pour s’occuper de ses enfants. Elle rencontre d’autres servantes du couple royal, dont Baubo, celle qui montrera sa vulve pour faire rire Déméter, en proie à son chagrin. D’ailleurs nous pouvons rapproche Baubo de Sheela Na Gig et Uzume qui présentent toutes trois leur yoni joyeux aux profanes. Elle enseignera à Triptolème, fils du couple royal, les rituels à accomplir en mémoire de sa pérégrination ainsi que l’art de l’agriculture et la croyance en la survivace de l’âme (proche de la réincarnation)-

Finalement, elle obtient l’aide d’Hélios et d’Hékate (déesse aux trois visages, des labyrinthes, de la magie, du contact avec l’invisible) qui ont aperçu le char doré qu’Hadès a utilisé pour emporter Koré. Demeter faisant toujours grève, le monde humain commence à sérieusement dépérir et ce sont Zeus et Poséidon qui tentent de sortir Koré du monde souterrain des morts, les Enfers, pour la rendre à sa mère et apaiser sa colère et sa douleur. Malheureusement, Koré a mangé des pépins de grenade (trois, six ou neuf selon les versions du mythe) et reste donc soumise à la loi des Enfers : « qui mange dans le monde souterrain, demeure dans le monde souterrain »… Chaque pépin de grenade représentant un mois, Koré doit passser trois, six ou neuf mois sous terre. Les pépins de grenade, aliment symbolisant la profusion et la perpétuation de soi à travers la descendance, ont transformé Koré, l’enfant, en amante, Persephone (= porteuse de la destruction), reine des Enfers et épouse d’Hadès. Demeter permettra à la nature de s’épanouir durant 9 mois (mois du printemps et de l’été durant lesquels Persephone retourne sur terre) et se laissera dépérir pendant les mois où sa fille sera sous terre (mois d’automne et d’hiver). Ce mythe a une utilité explicative : donner un sens au rythme cyclique des saisons, aux états de joie et de déprime, au sentiment d’abandon et de deuil, et une origine au culte rendu à Eleusis chaque année par des miliers de dévôt-e-s. Mais il est évident que sa symbolique spirituelle nous enseigne d’autres réalités. L’aspect de Démeter qui m’a accompagné durant ce bel automne et vers ma première initiation est Déméter la Sombre.

Les aspects sombres : introspection et puissance

Souvent présentée comme la porteuse d’agriculture au monde, Demeter a une certaine ambivalence : c’est durant son chagrin profond qu’elle oublie l’humanité et qu’elle risque de l’affamer voire de la tuer… Mère de Koré et pourovoyeuse de blé pour les humains, mais Mère de Koré avant tout.

Le chagrin, la descente dans nos enfers personnels, est un état cyclique que Demeter va connaître chaque année (quand Koré devient Perséphone et rejoint Hadès sous terre) et qui la laisse dans un état de stupeur, un état second. J’ai récemment lu que Koré aurait pu symboliser l’aspect jeune fille de Demeter, qui devient Mère de Perséphone ensuite et alliée à la femme sage Hekate.

Durant un repas organisé par Tantal, elle croquera par inadvertance dans l’épaule du fils de son hôte, qui avait cuisiné son rejeton afin de surprendre les dieux et déesses de l’Olympe. Dans sa peine, Demeter sera la seule divinité à manger de la chair humaine ! Un aspect sombre de purification et de régénération, car l’épaule de chaire de Pelops, sera remplacée par une épaule d’ivoire immaculée, par la déesse confuse.

Présentée comme une Mère totale, Déméter est également un femme qui connaît des moments d’extase dans les bras de ses partenaires (masculins : Zeus, Iason,.. et féminins) ! Grande nouveauté ! Rare sont les divinités qui sont officiellement bisexuelles ! Le mythe de l’union de Demeter et de la Nymphe du Miel, Macris, est plus qu’explicite. Amour et sexualité, rien de moins !

Elle est l’Amante, mais également la femme violentée : En Arcadie, Poséidon la poursuit et ils se transforment tous deux en chevaux : ainsi naquirent Arion « le cheval » et Despoina « la maîtresse », déesse mystérieuse et secrète. A Phygallia où s’est déroulée ce sombre événement, une statue de jument noire représentant Demeter a été découverte : c’est la Déméter en colère, Erynie ou Brimo « en furie » (dans les Mystères d’Eleusis, Brimo est la mère sacrée de Iacchos, Brimos) qui la lie directement à Hecate et au monde des morts. Poseidon et Demeter ont certainement une relation beaucoup plus complexe que le mythe proposé à Phygallia : ces deux divinités sont archaïques et pré-olympiennes, il est probable qu’elles symbolisent le couple divin régnant bien avant l’arrivée de Zeus au pinacle des divinités grecques…

Je vous ai présenté quelques aspects sombres les plus courants, mais je souhaite aussi vous parler des aspects sombres de connaissance et d’introspection que Demeter nous enseigne :

Dans le Culte d’Eleusis, Demeter est représentée comme souveraine de la régénération : de la Mort physique, on retourne à la Vie dans l’au-delà et puis on se réincarnera dans la matière. Demeter présente le cycle vie/mort/vie comme la perpétuation de l’essence humaine, l’ « âme » et l’analogie la plus frappante et celle de l’épi de blé : la graine est plantée, croît, est récoltée, transformée, mangée ou de nouveau plantée qui donnera naissance à d’autres grains et ansi de suite…

D’ailleurs, au-delà de l’agriculture elle est associée à l’abondance de la Terre-Mère qui est central dans son culte et ses mythes. Erysichton fils du roi de Thessalie, poussera à bout Demeter, en menaçant de déforester le bois sacré de la Déesse. Déguisée en prêtresse Neucippé, Demeter lui somme d’arrêter. Il la menace de l’abattre également. Alors Demeter le punit : il aura faim, mangera sans arrêt et maigrira sans arrêt, jusqu’à ce qu’il doive mendier et mourir socialement et biologiquement.

Un autre homme, Ascalaphos connaîtra une punition pour avoir rapporté que Koré avait mangé des grains de grenade : il sera transformé en chouette et fait prisonnier sous une pierre jusqu’à ce qu’Heracles le libère.

Symboles et richesses :

Un dernier élément que je souhaite partager est l’ensemble de symboles et de richesses qui accompagnement Demeter.

Ce qui pousse, ce qui croît, ce qui meurt : autant d’allégories de la régénérescence et du pouvoir de Demeter.

Attributs et correspondances :

Plantes Blé, orge, céréales, pavot, coquelicot, grenade, toutes les graines, la menthe pouliot, les tournesols, myrte, origan dictame, la chicorée, le millepertuis, le lierre, Origanum herakleoticum (origan crétois), Thymus capitatus (thym crétois), Salvia pomifera (sauge crétoise), Le pourpier sauvage, sarriette (crétoise), Lys de mer, narcisse, crocus, brionne, l’olivier, le figuier, le gattilier.
Fleurs de Bach Walnut, Scleranthus
Animaux Serpent ailé, truie, la jument noire, colombe, grue, rouget, le dauphin, le bélier, les fossiles, coquillages, vache, abeille.
Pierres Grenat, topaze dorée, citrine, lapis lazuli, fossile.
Planète Mercure
Encens Styrax (benjoin), Encens, Pavot, myrte
Couleurs Roux, Verts, dorés, noire, rouge
Saisons Le printemps (mi-avril), la fin de l’été (août-septembre) ; les semailles/les récoltes ; les cycles de Mère-Nature
Attributs L’abondance, les récoltes, la Nature cyclique, l’alternance été/hiver, vie/mort, tristesse/joie
Domaines d’action La famille, la maternité, l’agriculture, la fertilité, le passage vivant-mort, les morts, la perte (le manque), les changements, les voyages, la Nuit.
Symboles La faucille, l’épi de blé, le pavot, le kalathos (cista mystica : panier à couvercle contenant un serpent, une poitrine en argile et des fruits dont la grenade), la corne d’Abondance (cornu copia), la faucille, la torche (telle Hekate), le flambeau, le kykéon (boisson hallucinogène servie pendant les Mystères d’Eleusis), le tambour
Partenaires Zeus (sous forme de Taureau), Poséidon (sous forme de cheval), Carmanor, Iasion, Macris (la nymphe du Miel)
Enfants Perséphone, Despoina, Aerion (cheval ailé), Ploutos, Philémos, Eubolos, Iacchos/Brimos ?
Sœurs, frères Zeus, Héra, Hestia, Hades, Poséidon
Parents Kronos et Rhéa ; sa grand-mère est Gaïa !
Divinités grecques qui l’accompagnent Gé, Hermione (à Clyménos), Amaia et Azésia (à Trézèn), Megalartos et Megalomazos (en Béotie), Sito et Himalis (à Syracuse), Damia (proche de l’aspect Bona Dea) et Auxésia (Charites personnifiant l’été et la pousse des plantes).

Baubo (la femme qui lui montre son sexe et qui fait des blagues pour faire rire Demeter et la réveiller de son malheur), Stellio et Iambé.

Dyonisos, Hadès, Poseidon

Hékate

Divinités non grecques proches =

Abondance,

agriculture, fertilité, maternité, morts,

nourriture, saisons,

terre-mère

Abundatia (Rome), Aglaia (Grec), Aha Njoku (Afr. Ouest), Aje (Afr. Ouest), Amashilamma (Sumer), Annapatni (Inde), Anuket (Egypte), Asaseyaa (Afr. Ouest), Ashnan (Mésopotamie), Cérès (Rome), Chicomecoalt/Xilonen (Aztèque), Copia (Rome), Corn/yellow Woman (Amérindiens), Dike (Grec), Eostre/Ostara (Celte), Ertha (Germanique), Etugen (Sibérie), Feronia (Rome), Fòdla (Irlande), Haumea (Hawaï), Inari (Japon), Inkosazana (Zulu, Afr.), Kamrusepas (Hittite), Maia (Grec), Mama Allpa (Aztèque), Mati-Syra-Zamlya (Slave), Mboze (Afr. Centrale), Nantosuelta (Celte), Nehallenia (Celte), Onatha (Iroquois), Ops (Rome), Peni (Nouv.-Zélande), Po Ino Nagan (Cambodge), Ruth et Naomi (Judéo-christianisme), Sif (Norrois), Zaramama (Inca),…
Lieux Eleusis (mystères), Athènes, la Sicile, Carthage, Corinthe, La Crète (Knossos), Samothrace (mystères), Alexandrie (où se déroulait des petits Mystères d’Eleusis).

Epithètes :

Déméter Melaina

= Doso

Déméter La Noire, qui porte le deuil, sous l’apparence de la Crone. En humaine elle se fait appele Doso, celle qui pourvoit
Thesmophoros La législatrice (du mariage et de la vie civile)
Proerosia Déméter la plus grande aide et joie pour tous les immortels

Protectrice d’Eleusis

Sito / Eupyros-Peryphoros/ Zerdoros Le froment / L’Orge / L’épeautre
Chloaia, Euchloos, Auxithalès, Auxesia La Verdoyante
Spermeié Qui protège les grains
Kaustis, Elégéris Qui fait murir les grains
Xanthé, Euplocamos Qui porte les blonds épis dans sa chevelure
Amallophoros, Eleioulos Reine des gerbes de blé
Haloas, Soritis Qui règne sur l’aire des moissons
Kourotrophos Protectrice des enfants et de leur(s) mère(s)
Calligeneia Qui donne de beaux enfants
Hercyna Déméter qui règne sur les Enfers (les Morts= Demetreion)
Ereniya En colère (contre Poséidon)
Chtonia Du royaume des morts
Panagia Celle qui est toute parfaite
Antaia Déméter recherchée par les prières
Evalosia Déméter de la Bonne Moisson
Dea Mystica Déesse des Mystères d’Eleusis (en latin)
Brimo En rage : celle qui fait horreur, liée au monde des morts.
Louisa Celle qui purifie par l’eau
Melissa Reine des Abeilles : titre de ses prêtresses

Son calendrier : fêtes et célébrations grecques (selon J. Reif)

Date actuelle Tradition Célébration
7 octobre Préparation du champ sacré Rites de Proerosia
15 octobre Sexualité sacrée et humour libre. D devient fertile Festival Stenia
16 octobre Création de talismans fertilité. La Terre et les Enfers se retrouvent Rites d’Arkichronia
22 octobre D la législatrice, célébration de notre propre divinité Thesmophoria
23 octobre P quitte les Enfers : tristesse. Rites de Nestia
24 octobre Ascension de P vers la Terre. La réunion. Semailles Rites de Kalligenia
10 janvier Célébration des jeunes pousses Festival Haola
1er mars Festival des fleurs, de la Terre-Mère, de Koré et D verdoyantes ! Festival des Chloaia
12 avril Purification, consécration à D. Les petits Mystères d’Eleusis
15 mai Les Moissons, les graines et koré sont matures. D est la reine des Moissons Thargelia
7 juin Célébration de Triptolémos. Battage des graines et sélection Kalamaia
28 juin K descend aux Enfers et devient P : amours entre P et Hadès. Période de Jachère.

D. devient la Crone

Festival de Skira
20-21 sept Le Mystère sacré : réconciliation entre D, P et Hadès. Rite du cista mystica. Rite Thanatos ( ?). Couronnement. Les grands Mystères d’Eleusis

Demeter est multiple et fascinante ! J’espère que ce court article vous aura donné l’envie d’en apprendre plus sur Elle !

A très bientôt !

Aurelia Diana, Prêtresse de Demeter

Sources :

URL de l’image : http://www.crystalinks.com/demeter.html

Auteurs antiques et sources :

Apollodore, Bibliothèque: I,1,5

Ovide, Métamorphoses: V, 346

Hymnes orphiques : « Parfum de Déméter éleusinienne – le styrax »

Homère : Hymne Déméter

Callimaque : Hymnes (Déméter)

Pseudo-Hésiode :     – Bouclier d’Héraclès (v. 290)

– Théogonie (v. 453–457, 912–914 et 969–974)

– Les Travaux et les Jours (v. 32, 300, 391–394, 465–466, 597–599 et 805–807).

Pausanias :                – Description de la Grèce (VIII, 25, 5)

– Périégèse (I,14,2 ; I,37,2 ; I,38,5 ; II,5,8 ; II,35,4 ; VIII,5,8 ; VIII,15,3)

Internet :

En français :

http://www.cosmovisions.com/$Demeter01.htm

http://latin-mythes-et-legendes.e-monsite.com/pages/dieux-deesse/demeter-ceres.html#w45GYUzuyGPLXKyZ.99

http://francoib.chez-alice.fr/rodier/rodrelig/reli25.htm

http://www.mediterranees.net/mythes/ceres/ceres3.html

http://www.antiquite.ac-versailles.fr/jeuxgrec/jdgr4.htm

http://mythologica.fr/grec/demeter.htm

http://www.ordrededea.net/#!Déméter-les-noms-de-la-Grande-Mère/c1c7t/1CF33071-ADBE-4BB1-84D2-23AD84C30B17

En anglais :

http://www.theoi.com/Cult/DemeterCult.html

http://www.pantheon.org/articles/e/eleusis.html

http://www.penn.museum/sites/expedition/archaic-cyrene-and-the-cult-of-demeter-and-persephone/

Livres :

Anglais :

Jennifer Reif, Mysteries of Demeter : Rebirth of the Pagan Way, 2011, Weiser Books.

Excellent livre, complet sur le culte actuel à Demeter : rituels, recettes, informations historiques et mythologiques. Les dates des fêtes ci-dessus en sont tirées.

Christine Downing, Long Journey Home: Revisioning the Myth of Demeter and Persephone for Our Time, 2001, Shambhala. Recueil d’articles. Orientation psychologie, développement personnel et expériences individuelles.

Charlene Spretnak, Lost Goddesses of Early Greece : A Collection of Pre-Hellenic Myths, 1992, Beacon Press. Relecture des mythes grecs et spiritualité de la déesse : redonner place aux mythes archaïques.

Kathie Carlson, Life’s Daughter/Death’s Bride, 1997, Shambhala. Recueil d’articles. Orientation développement personnel et expériences individuelles.

Melitta Benu, Potnia: A Devotional Anthology in Honor of Demeter, 2014, Bibliotheca Alexandrina CreateSpace Independent Publishing Platform. Recueil de textes et de poésies de dévot-e-s de Déméter.

Winifred Lubell, The Metamorphosis of Baubo: Myths of Woman’s Sexual Energy, 1994, Vanderbilt University Press.

Demetera George, Mysteries of the Dark Moon, 1992, HarperOne. Il y a un chapitre sur Demeter et Perséphone : leurs aspects sombres et leur lien avec Hekate.

Carl Kerény, Eleusis. Archetypal image of mother and daughter, Prinston University Press, 2014 (1967). Psychologie psychanalytique et mythologie.

Marguerite Rigoglioso, Virgin mother goddesses of antiquity, Palgrave Macmillan, 2010. Etude historique sur la probable naissance « sans père » de Perséphone, la Parthénogenèse (naissance par une mère non fécondée par un mâle)

Français :

Walter Burkert, Les Cultes à mystères dans l’Antiquité, 2003, Les Belles Lettres. Etude historique se centrant sur les Mystères d’Eleusis : une mine d’information !

Walter Burkert, Religion grecque à l’époque archaïque et classique, 2011, Editions A&J Pucard. Evoque les différents rites et rituels autour de Demeter

Carl Gustav Jung et Charles Kernényi, Introduction à l’essence de la mythologie, 2001, Payot. Il y chapitre sur Koré. Orientation psychologie.

Joëlle de Gravelaine, La Déesse Sauvage. Les divinités féminines : mères et prostituées, magiciennes et initiatrices, 1993, Dangles. Il y a un beau chapitre sur Déméter, Hekate et Perséphone.

Les derniers articles par Aurelia (tout voir)

Pin It on Pinterest

Share This

Partager cet article!

Cliquez sur le réseau social de votre choix pour partager cet article.