PRÊTRISE DÉANISTE

DÉCOUVREZ LA DÉVOTION DÉANISTE

Rite pour relier les opposés : raison/intuition

par | 30 Août 2015 | Rites déanistes | 0 commentaires

 

Concept

Relier effectivement les contraires par la symbolique du nœud, de la tresse (ou du bracelet brésilien, si certaines savent faire… moi non ^^)

Matériel

  • Trois rubans : deux couleurs opposées + une couleur médiane, à choisir en fonction des opposés à relier (exemple : un noir, un blanc et un gris, le noir représentant l’intuition, le blanc la raison, et le gris le centre)

  • Trois bougies : même couleurs que les rubans + 1 bougie représentant l’officiante et une bougie représentant la divinité choisie pour travailler

  • Encens : résine pour la base (je travaille avec oliban et/ou benjoin habituellement) + mélange de Menthe (plante associée au mental) + Anis (plante associée à l’intuition) + clou de girofle (épice associée à la réconciliation dans les relations, qui peut par extension s’entendre dans la réconciliation des opposés)

  • L’ogham Luis présent sur l’autel, et/ou symbole du Yin et du Yang (ca dépend aussi de la divinité avec laquelle on travaille)

Avec qui ?J’ai choisi de travailler pour ce rituel avec Kuan Yin, qui est une guérisseuse et qui fait les choses avec douceur. J’aurais pu travailler avec Perséphone, qui accepte bien ses contraires et qui est précisément une « Dame Grise », ni blanche ni noir mais les deux à tour de rôle, ou encore avec une Morrigan qui est plus musclée dans sa démarche. Le choix de la divinité est à faire en fonction de l’état dans lequel on se trouve, des signes que l’on reçoit, etc… Pour ma part, j’ai déjà commencé à travailler sur les contraires (en particulier l’opposition raison/intuition), je n’ai pas besoin d’un coup de pied aux fesses à ce sujet, et justement, travailler avec une Dame Blanche dans un domaine concernant à priori plutôt les Dames Noires (le monde d’en bas) me parait un travail de reliance déjà symbolique. De plus, l’énergie de Kuan Yin est elle-même une énergie d’acceptation en conscience et de reliance.Période : Le mieux est de travailler en pleine lune, pourquoi pas à la suite d’un esbat.Etape 1 : Préparation de l’autel

  • Disposer les trois bougies en triangle. Les deux opposées constituent la base du triangle. Avec les couleurs énoncées ci-dessus, celles avec lesquelles je vais travailler, je mets : la noire à gauche (pour l’intuition), la blanche à droite (pour la raison) et la grise en sommet (ca fait un triangle équilatéral si possible).

  • Disposer la bougie de la déesse et la bougie de l’officiante l’une à côté de l’autre, au-dessus du triangle. On peut également mettre un symbole ou une image de la déesse si on le souhaite.

  • Au centre du triangle, on mettra le symbole d’union des contraires choisi : Yin/Yang et/ou ogham. Je mettrai pour ma part le Yin/Yang au centre, à cause de la divinité choisie, et le symbole de Luis, je le porterai sur moi (c’est un arbre qui favorise l’union entre les différentes sphères, en particulier le cérébral et l’intuitif. Je mettrai là aussi en annexe un copié collé de ma leçon sur les ogham).

  • Sur l’autel seront présents aussi les trois rubans, l’un à côté de l’autre, bien à plat (par respect, on ne les met pas en boule quoi ^^ mais on fait avec la place que l’on a sur l’autel surtout)

  • Enfin, on y mettra l’encens créé pour l’occasion avec les trois herbes mêlées à la résine de base choisie, le tout réduit en poudre. On s’en servira dès l’ouverture du cercle.

  • L’offrande pour la divinité choisie sera dans un plat à offrande sur l’autel.

  • Sous l’autel, avoir du papier et un stylo pour noter des impressions si nécessaire.

Etape 2 : le rituel

  • Ouverture du cercle selon les modalités dont on a l’habitude

  •  Allumer la bougie représentant l’officiante, en disant ces mots (NB : la mienne est argentée, comme la lune) :

« En allumant cette bougie, j’affirme ma présence dans le cercle et dans l’éther. En allumant cette bougie, j’invoque toute la puissance de ma féminité. Cette bougie est allumée. Ainsi soit-il ».

  • Invocation de la déesse choisie par le biais d’une prière.

« Kuan Yin, Déesse blanche, et rose et verte de la compassion, Déesse du cœur et de la compréhension, je t’invoque dans mon cercle. Toi qui passe le baume de l’amour sur les cœurs meurtris, toi qui en lieu de séparer, lie, je t’invoque dans mon cercle. Sois pour moi celle qui observe avec sympathie, sois pour moi celle qui tisse les opposés pour les unifier. Je suis [nom de sorcière] et je t’invoque dans mon cercle, Kuan Yin, pour que tu bénisses mon rituel et que tu entendes les prières qui te seront formulées, et que tu m’aides avec toute la douceur de ton énergie dans son accomplissement. Qu’il en soit ainsi. »

  • A la fin de l’invocation, sur « Qu’il en soit ainsi », allumer la bougie correspondant à l’énergie de la déesse. Se centrer un instant pour ressentir la présence de la déesse.

  • Charger l’offrande à l’attention de la déesse, soit en utilisant les phrases dont on à l’habitude, soit en spécifiant en fonction de l’offrande choisie.

  • Annoncer clairement l’objectif du rituel :

« Ce soir/jour, moi, [nom de sorcière], décide sciemment et en toute conscience de relier en moi les opposés que sont la raison (allumer la bougie correspondante) et l’intuition (allumer la bougie correspondante). Ennemis séculaires, ils seront ce soir/jour unifiés pour former un tout harmonieux. A travers ce rituel, je choisis de les faire avancer ensemble dans une même direction, malgré une apparente incompatibilité qui n’est qu’une vision de l’esprit et qui sera dépassée (allumer la bougie correspondante). Ainsi unifiée, c’est avec une plus grande force que je pourrai avancer. Ainsi soit-il. »

  • Se centrer un instant pour bien ressentir les énergies du moment. Laisser venir les images. Une visualisation s’impose ensuite : se laisser visualiser quelque symbole représentant la raison (personne, symbole, objet, animal…) et quelque symbole représentant l’intuition (personne, symbole, objet, animal…) Ils se rencontrent quelque part dans l’espace sacré intérieur. Laisser se dérouler la rencontrer. Ils doivent s’apprivoiser l’un l’autre, de quelque manière que ce soit. Noter des éléments clef si nécessaire.

  • Une fois la visualisation terminée, prendre une respiration, se laisser revenir à la réalité physique du cercle.

  • Prendre les trois rubans. Les lier ensemble pour démarrer le rite :

« Par ce premier nœud, l’intuition et la raison entrent en contact l’un de l’autre. Ils apprennent à se connaitre autour du statut quo de la neutralité. »

  • Tresser les rubans.

« En tressant ensemble ces rubans, l’intuition et la raison apprennent à se connaitre, à s’apprivoiser, à danser, autour du statu quo de la neutralité. Par cette tresse, j’affirme ma volonté de suivre mon intuition et d’écouter ma raison à parts égales, non comme des ennemis mais comme des compagnons qui se complètent, se répondent, se remplacent en cas de défaillance. Mon intuition et ma raison travaillent ensemble pour former une œuvre commune et harmonieuse, sans que l’une ne prenne le pas sur l’autre. Je suis une Femme accomplie, sage, intuitive et raisonnable. »

  • Faire un nœud pour clôturer la tresse et mettre un point final au rituel.

« Par ce dernier nœud, je complète et parfais l’union magique et harmonieuse de mon intuition et de ma raison. Je suis une Femme accomplie, sage, intuitive et raisonnable. »

  • On posera la tresse ainsi confectionnée sur le symbole d’unité au centre des trois bougies, et le temps d’une méditation sur ce qui a été accompli (peut-être une mini visualisation qui fait suite à la précédente, comme un épilogue ?), on la laisse se charger de l’énergie de l’unité.

  • On pourra, plus tard, porter cette tresse au quotidien pour se souvenir du rite et ressentir les énergies accumulées dans les rubans.

  • Un centrage s’impose à ce moment du rituel, pour se reprendre un peu.

  • Puis, on pourra, si on le souhaite, procéder à de la divination concernant ce thème. Par exemple, tirer une carte pour la raison, l’intuition, le lien, et une synthèse.

  • On offrira l’offrande, on mangera un morceau pour s’ancrer si nécessaire ou prévu, puis on pourra remercier et congédier Kuan Yin, ainsi que dissiper le cercle dans les règles de l’art. Le mieux est de pouvoir aller se coucher dans la foulée, pour laisser aux corps physique et énergétique ainsi qu’au cerveau le bénéfice du sommeil pour digérer le rituel passé.

Rhi-Peann

Rhi-Peann

Rhi-Peann s'intéresse depuis l'enfance aux contes folkloriques et mythologies du monde entier, fascinée par leurs aspects universels et atemporels. Prêtresse de Cerridwen, elle offre ses services oraculaires via Le Puits de Vision.
Rhi-Peann

Les derniers articles par Rhi-Peann (tout voir)

 

Suivez-nous!

Infolettre

Articles suggérés

Pin It on Pinterest

Share This

Partager cet article!

Cliquez sur le réseau social de votre choix pour partager cet article.